Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac

News

La CSSS-E promet une protection efficace des mineurs dans la loi sur les produits du tabac

Communiqué de presse

Berne, 15 avril 2021

Initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac »

La Commission de la santé rejette l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». Toutefois, elle recherche un compromis, en élargissant la loi sur les produits du tabac en un contre-projet indirect et, ce faisant, décide d’une protection efficace des jeunes.

Bien qu’il existe un consensus sur le fait que les enfants et les jeunes ne devraient ni acheter ni consommer de produits du tabac, ces derniers font l’objet d’une publicité ciblée. Avec un effet retentissant : la majorité des fumeurs commencent à consommer alors qu’ils sont mineurs. Selon les dernières études, les jeunes fumeurs ont davantage de troubles respiratoires et 9500 personnes meurent chaque année des suites de la consommation de tabac. Il s’agit de la cause de décès évitable la plus fréquente. A titre d’exemple, environ 25 % de tous les cancers dans le monde pourraient être évités en s’abstenant de consommer du tabac.

Avec le renvoi de la loi sur les produits du tabac en 2016, il était clair que la nouvelle version ne contiendrait plus aucune mesure efficace pour la protection des jeunes en matière de publicité pour le tabac et que la Suisse resterait donc à la traîne en Europe en matière de prévention. Raison pour laquelle une large coalition issue du secteur de la santé, de la jeunesse, du sport et des enseignants a lancé une initiative populaire dans le but d’assurer enfin la protection des enfants et des jeunes, dont le besoin est urgent.

Après que le Conseil national ait échoué de justesse à recommander l’approbation de l’initiative populaire, la Commission de la santé du Conseil des États a également recommandé le rejet de l’initiative par x voix pour et y contre. Or, ces dernières années, la population s’est toujours prononcée en faveur d’une interdiction générale de la publicité à plus de 60% dans de nombreux sondages, allant même au-delà de la demande de l’initiative populaire. Le Conseil des États a maintenant la possibilité de mettre en pratique la promesse de la Commission en élaborant un contre-projet indirect à la loi sur les produits du tabac, en tant que compromis viable, permettant ainsi d’assurer enfin une protection efficace des mineurs. (Alternative : avec loi sur les produits du tabac, le Conseil des Etats a maintenant la possibilité de proposer un compromis viable, qui assurera une protection efficace des mineurs). Toutefois, si l’inacceptable version de la loi sur les produits du tabac du Conseil national l’emporte dans le débat parlementaire, les citoyennes et les citoyens suisses devront sortir le pays de l’impasse qui dure depuis près de deux décennies et approuver par votation populaire des mesures efficaces de prévention du tabagisme.

Pour tout autre renseignement:

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@medecinsdefamille.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@medecinsdefamille.ch

Le Conseil national se prononce de nouveau contre la protection de la jeunesse

Communiqué de presse

Berne, le 17 mars 2021

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Avec le rejet de l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac», l’alliance entre l’UDC, le PLR et Le Centre privilégie une nouvelle fois les intérêts particuliers au détriment de la santé. La majorité du Conseil national poursuit ainsi ce qu’elle avait commencé à l’automne dernier en édulcorant la loi sur les produits du tabac, à savoir empêcher une protection efficace de la jeunesse contre ces derniers.

Il est urgent d’agir: chaque année, 9500 personnes meurent prématurément des conséquences de la consommation de tabac. Il s’agit de la cause de décès évitable la plus fréquente. Sur le plan économique, la consommation de tabac occasionne également des pertes qui s’élèvent chaque année à environ 5,6 milliards de francs. La majorité des fumeurs acquièrent cette habitude avant l’âge de 18 ans. La publicité pour le tabac est l’élément central de cette équation, car elle cible spécifiquement — et efficacement — les enfants et les adolescents.

Dans la mesure où le Parlement n’a pas su instaurer une loi sur les produits du tabac apportant une protection particulière aux enfants et aux jeunes, de nombreuses organisations des secteurs de la santé, de la jeunesse, des sports et de l’enseignement ont lancé une initiative populaire afin d’assurer enfin la protection impérieusement nécessaire des enfants et des jeunes. Par ailleurs, il résulte de différents sondages qu’une majorité de la population est depuis longtemps favorable à une interdiction plus stricte de ce type de publicité. L’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» exige quant à elle qu’au moins, les enfants et les jeunes ne puissent pas être atteints par la publicité pour le tabac, ce qui concerne tout particulièrement les journaux (gratuits) et Internet. Elle demande en outre que les produits alternatifs, qui enregistrent une augmentation alarmante chez les jeunes, en particulier avec la consommation de cigarettes électroniques, ne soient pas privilégiés dans le cadre de la promotion des ventes.

Ce sont des arguments qui ne sont pas entendus par l’UDC, le PLR et Le Centre. Ces derniers ont rejeté la première version de la loi sur les produits du tabac de 2016, édulcoré la deuxième version du Conseil des États à l’automne 2020, et rejettent aujourd’hui l’initiative populaire.
Quelques membres bourgeois, associés au PEV, au PVL, au PS et aux Verts ont aujourd’hui envoyé un signal fort en acceptant l’initiative. À l’automne, le Conseil national aura une dernière occasion, dans le cadre de la loi sur les produits du tabac, de placer la santé et la protection de la jeunesse au-dessus des intérêts particuliers. S’il ne le fait pas, ce sera à la population de pallier son absence d’action.

Pour plus d’informations:

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@medecinsdefamille.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@medecinsdefamille.ch

La commission de la santé du Conseil des États cherche le compromis

Communiqué de presse

Berne, le 29 janvier 2021

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Cette semaine, la commission de la santé du Conseil des États a une nouvelle fois délibéré sur la loi sur les produits de tabac. Les organisations porteuses de l’initiative populaire “Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac“ saluent la volonté de la commission de présenter une proposition de loi prévoyant une protection efficace des jeunes.

La commission de la santé du Conseil des États soutient les éléments centraux pour la protection des mineurs. Elle maintient que les enfants et les adolescents sont particulièrement touchés par la publicités dans les journaux gratuits et sur internet et prend en compte ce fait dans ses décisions. La commission de la santé soutient également, à juste titre, que les publicités pour les produits alternatifs tels que les cigarettes électroniques ne devraient pas être réglementée différemment.

La vigilance est nécessaire car les nouveaux produits, tels que les produits chauffants ou les cigarettes électroniques, attirent particulièrement les jeunes et le nombre d’enfants et d’adolescents qui consomment de la nicotine est en constante augmentation. Par exemple, plus de 45 % des jeunes de 16 ans utilisent déjà des cigarettes électroniques chaque semaine.

Le Conseil des États fait une proposition de compromis

La commission de la santé reprend, avec ses décisions, les revendications de l’initiative populaire. En effet, elle propose une protection cohérente des enfants et des adolescents contre la publicité pour le tabac, bien que les organisations porteuses de l’initiative, ainsi que la population suisse, seraient en faveur de mesures plus ambitieuses. La Commission de la santé du Conseil des États cherche néanmoins un compromis et une solution intermédiaire possible. Cette approche devrait également répondre aux exigences minimales de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte contre le tabac.

Derrière l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac » se trouvent les organisations de santé qui sont confrontées quotidiennement aux conséquences de la consommation de tabac. Celles-ci sont graves : les pneumologues pédiatriques ont déjà constaté que les adolescents sont trois fois plus susceptibles de présenter des symptômes d’asthme s’ils consomment des produits du tabac. Les organisations porteuses de l’initiative sont donc rassurés que pour le Conseil des États, la « protection des mineurs » n’est pas vide de sens.

Pour tout autre renseignement:

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@medecinsdefamille.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@medecinsdefamille.ch

Les décisions du Conseil national ne vont pas assez loin et ne protègent pas la jeunesse

Communiqué de presse

Berne, le 8 décembre 2020

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Dans la loi sur les produits du tabac, le Conseil national renonce à une protection efficace de la jeunesse. En conséquence, l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» ne peut pas être retirée. Si le Conseil des Etats n’améliore pas le projet, il appartiendra à la population de se prononcer en dernier ressort.

En 2016, le Parlement a décidé que l’économie de marché libre avait plus d’importance que la protection de la jeunesse et a renvoyé la loi sur les produits du tabac au Conseil fédéral. Dans la mesure où le Parlement n’a pas su instaurer de loi sur les produits du tabac apportant une protection particulière aux enfants et aux jeunes, de nombreuses organisations du secteur de la santé, de la jeunesse, des sports et de l’enseignement ont lancé une initiative populaire afin d’assurer enfin la protection impérieusement nécessaire des enfants et des jeunes. Cette démarche est plus nécessaire que jamais car les chiffres actuels sont alarmants. Une étude de l’hôpital pédiatrique de Zurich récemment publiée révèle que 36% des enfants du canton de Zurich âgés de 13 à 17 ans fument occasionnellement ou régulièrement. Pour le groupe des 16 – 17 ans, ils sont même 60% des garçons et 70% des filles.

L’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» a été déposée à l’automne 2019 et le Conseil des Etats a entendu le message. Il a alors intégré des dispositions en faveur d’une protection de la jeunesse plus efficace et pris parti pour le respect des exigences minimales de la Convention-cadre de l’OMS pour diminuer la consommation de tabac.

La population est en faveur d’une interdiction de la publicité pour le tabac

Toutefois, la majorité du Conseil des Etats a suivi cette argumentation. La protection de la jeunesse à laquelle la majorité de 2016 souhaitait renoncer totalement est à nouveau à l’ordre du jour. Et ce bien que les exigences de l’initiative ne seraient que partiellement prises en compte avec la version du Conseil des Etats.

Le Conseil national voulait en réalité suivre l’argumentation du Conseil des Etats. Le centre a souligné l’urgence: «80% des fumeuses et des fumeurs ont commencé à fumer alors qu’ils étaient encore mineurs. 9500 personnes meurent prématurément parce qu’elles consomment du tabac. Avec 15% des décès en Suisse, les conséquences de la consommation du tabac constituent la cause de mort évitable la plus importante.» Et le PLR ajoute que la protection de la jeunesse est incontestée.
Finalement, ce ne sont que de belles paroles, car le projet a désormais été tellement désamorcé qu’il ne peut plus être question de protection de la jeunesse.

Les enfants et les adolescents ont intensément recours à Internet, et aussi aux journaux gratuits. Pour ces médias, le Conseil national aimerait maintenir l’autorisation de publicité.

A 16 ans, plus de 45% des garçons fument chaque semaine des e-cigarettes. Le Conseil national aimerait même faciliter encore davantage la promotion des ventes pour ces produits par rapport aux cigarettes.

Le Conseil national opte ainsi pour un projet présentant de graves lacunes pour les journaux gratuits, Internet et la promotion des ventes pour les nouveaux produits du tabac. La décision du Conseil national de ce jour contraste fortement avec l’attitude de la population qui, selon une très récente enquête serait en faveur d’une interdiction totale de publicité pour le tabac.

Il n’a pas été possible de trouver un compromis

Derrière l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac», on trouve les organisations de santé qui sont confrontée chaque jour aux conséquences de la consommation de tabac. Les pédo-pneumologues constatent, chez les jeunes déjà, que ceux-ci souffrent trois fois plus de problèmes respiratoires et cinq fois plus d’asthme lorsqu’ils consomment des produits de tabac. Les ligues pulmonaires exploitent des stations d’oxygène liquide pour aider les personnes atteintes de maladies pulmonaires à respirer. Et pendant que les médecins de famille et de l’enfance doivent communiquer les diagnostics, la Ligue contre le cancer soutient les malades du cancer. Environ 80% des cas de cancer du poumon sont dus à la consommation de tabac. Les substances qui déclenchent le cancer dans la fumée nuisent non seulement aux poumons mais au corps tout entier. La protection de la jeunesse constitue la mesure la plus efficace pour contrer ce problème. Mais avec la version du Conseil national, la Suisse restera la lanterne rouge européenne en matière de prévention contre le tabac.


Partenaire d’interview:

Hans Stöckli, Conseiller aux Etats et président du comité d’initiative
Grégoire Vittoz, directeur d’Addiction Suisse
prof Dr méd. Alexander Möller, pédo-pneumologue, Hôpital universitaire pédiatrique de Zurich
Dr méd Philippe Luchsinger, médecin de famille et président de mfe – médecins de famille et de l’enfance Suisse

Pour tout autre renseignement:

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@medecinsdefamille.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@medecinsdefamille.ch

Qui soutient l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Les plus importantes organisations de santé de Suisse soutiennent l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». Outre l’Alliance pour la santé en Suisse, il s’agit en particulier de mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la ligue suisse contre le cancer, des Ligues pulmonaires cantonales, la FMH, l’Association Suisse des Droguistes, la société suisse des pharmaciens pharmaSuisse, des pneumologues et des cardiologues. Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse est également partie prenante. En outre, Swiss Olympic, l’organisation faîtière du sport suisse, la Dachverband Lehrerinnen und Lehrer Schweiz et l’association tessinoise Associazione Svizzera Non fumatori ASN ont adhéré à l’initiative.

Enfants et jeunes en bonne santé : le Conseil national doit agir en matière de tabac

Communiqué aux médias

Berne, le 26 août 2020

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Le Conseil fédéral a communiqué aujourd’hui son rejet à l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac». Le Comité d’initiative est déçu de la position négative du Conseil fédéral. Le Parlement est maintenant appelé à mettre en oeuvre une protection cohérente des enfants et des jeunes. Le Conseil national, grâce à une loi forte sur les produits du tabac, a le pouvoir de garantir enfin une protection efficace des enfants et des jeunes contre le tabac.

Les organisations de santé suisses s’accordent à dire que la publicité pour les produits du tabac et les e-cigarettes ne doit pas encourager les jeunes à fumer. Ils doivent être protégés de la publicité de manière efficace. La situation est alarmante, comme l’explique Alexander Möller, pneumologue pédiatrique à Zurich : « Si vous ne fumez pas avant l’âge de 20 ans, vous ne deviendrez quasiment jamais un fumeur. Mais notre dernière étude le montre : plus de la moitié des adolescents de 15 à 17 ans fument déjà occasionnellement, même 70% des filles de 16 à 17 ans! »
Il est de notre responsabilité de veiller à ce que les enfants et les jeunes d’aujourd’hui ne deviennent pas les patientes et patients de demain. Les efforts déployés par le passé pour protéger les enfants ont eu bien trop peu d’effet. Aujourd’hui, il faut enfin une protection efficace des jeunes. Le Conseil national peut introduire cette protection dans la nouvelle loi sur les produits du tabac. Le Conseil fédéral le propose timidement, nous, les organisations, le demandons : c’est une solution simple permettant d’éviter l’augmentation des coûts de santé à la source et d’empêcher que les jeunes deviennent des patientes et patients à risque pour des maladies telles que le Covid-19.

Durable – également pour la protection des mineurs !

Le nouveau Parlement est appelé à créer un cadre juridique durable et efficace pour la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac. Il est inacceptable que ce groupe cible fasse l’objet d’une publicité aussi ouverte pour des produits dont il a été prouvé qu’ils sont massivement nocifs.

Grégoire Vittoz, directeur d’Addiction Suisse, se réfère à l’exemple des États-Unis : « La créativité de l’industrie du tabac pour de nouveaux produits est une menace constante pour la santé des jeunes – notre initiative protège les enfants et les jeunes contre ces nouveaux dangers de la dépendance à la nicotine».
Le comité d’initiative suivra de près les discussions à venir au Conseil national et fera entendre les voix des organisations de santé et de jeunesse.
Mais ce n’est pas tout : la consommation de tabac en Suisse entraîne des coûts sociaux de cinq milliards de francs suisses par an en raison des pertes de production dues à la maladie, au chômage, à l’invalidité et aux décès prématurés. Avec une interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage des produits du tabac, la Suisse satisferait enfin à l’une des exigences centrales de la Convention cadre internationale pour la lutte antitabac de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) !

A disposition pour une interview :

Grégoire Vittoz, Directeur Addiction Suisse, Tél. 076 822 19 18 Dr med. Alexander Möller, pneumologue pédiatrique, Hôpital universitaire pédiatrique de Zürich, Tél. 044 266 70 79

Pour tout autre renseignement :

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac », 031 508 36 10, reto.wiesli@hausaerzteschweiz.ch
Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@hausaerzteschweiz.ch

Les experts du domaine de la santé sont unanimes : la protection de la jeunesse est primordiale

Les mesures précédentes ainsi que le resserrement prévu sont encore loin d’être suffisants ! Derrière l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac » se trouvent de nombreuses grandes organisations de santé en Suisse. En plus de l’Alliance pour la santé en Suisse, on y trouve mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la Ligue suisse contre le cancer, des ligues pulmonaires cantonales, la FMH, l’Association suisse des droguistes (ASD), la Société suisse des pharmaciens pharmaSuisse, et les sociétés suisses de pneumologie et cardiologie. À cela s’ajoute le conseil suisse des associations de jeunesse CSAJ. Swiss Olympic, l’association faîtière du sport suisse, l’association faîtière des enseignants suisses et l’Associazione Svizzera Non fumatori ASN, basée au Tessin, ont également rejoint l’initiative.

Rejet par le Conseil fédéral ; question plus urgente que ja-mais, initiative maintenue

Communiqué de presse

Berne, le 6 décembre 2019

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Le Conseil fédéral a communiqué aujourd’hui son rejet à l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac». Le Comité d’initiative s’étonne de cette décision et est déçu que le Conseil fédéral ne s’engage pas en faveur d’une protection cohérente des mineurs. Le nouveau Parlement est maintenant appelé à assurer enfin la protection des enfants et des jeunes, faute de quoi le peuple suisse devra se prononcer sur les préoccupations des initiants.

Les grandes organisations de santé suisses s’accordent à dire que la publicité pour les produits du tabac et les e-cigarettes ne doit pas encourager les jeunes à fumer. « Chaque heure, au moins une personne meurt en Suisse des suites du tabagisme. Ça fait 9 500 personnes par an ! » résume le Dr Gilbert Zulian, président de la Ligue suisse contre le cancer.

Mais ce n’est pas tout : la consommation de tabac en Suisse entraîne des coûts sociaux de cinq milliards de francs suisses par an en raison des pertes de production dues à la maladie, au chômage, au handicap et aux décès prématurés. Avec une interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage des produits du tabac, la Suisse satisferait enfin à l’une des exigences centrales de la Conventioncadre internationale pour la lutte antitabac de l’Organisation mondiale de la santé OMS !

Durable – également pour la protection des mineurs !

« Je ne comprends pas comment des faits et des chiffres peuvent être ainsi ignorés. Presque toutes les grandes organisations de santé soutiennent notre initiative – le Parlement doit maintenant être convaincu par les experts et ne pas se laisser séduire par les intérêts économiques », insiste le Conseiller aux Etats Hans Stöckli.

Pour tout autre renseignement:

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@hausaerzteschweiz.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@hausaerzteschweiz.ch

www.medecinsdefamille.ch

Pour tout autre renseignement:

Les mesures précédentes ainsi que le resserrement prévu sont encore loin d’être suffisants ! Derrière l’initiative „Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac “ se trouvent de nombreuses grandes organisations de santé en Suisse. En plus de l’ Alliance pour la santé en Suisse, on y trouve les Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la Ligue suisse contre le cancer, Société suisse des pharmaciens pharmaSuisse, des ligues pulmonaires cantonales, l’Association suisse des droguistes (ASD), la FMH et les sociétés suisses de pneumologie et cardiologie. À cela s’ajoute le conseil suisse des associations de jeunesse. Swiss Olympic, l’association faîtière du sport suisse, l’association faîtière des enseignants suisses et l’Associazione Svizzera Non fumatori ASN, basée au Tessin, ont également rejoint l’initiative.

Les signatures ont été déposées – la situation n’a jamais été aussi urgente

Communiqué de presse

Berne, le 12 septembre 2019

Initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»

Ce matin, les 113’500 signatures certifiées, récoltées pour l’initiative populaire «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac» ont été re-mises à la Chancellerie fédérale. Ainsi, la population suisse se prononcera bientôt sur la demande des auteurs de l’initiative. Le Conseil fédéral et le Parlement sont mainte-nant appelés à mettre en œuvre une protection cohérente des mineurs, faute de quoi le peuple suisse se prononcera sur les préoccupations des initiants.

Ce sujet est particulièrement d’actualité: de nouvelles études consacrées à l’incitation des jeunes à consommer des produits de tabac dangereux et à l’effet nocif des cigarettes élec-troniques, présentées par les publicités comme une «alternative saine», ont en effet été pu-bliées. Les États-Unis déplorent d’ailleurs déjà plusieurs décès liés à ce nouveau produit. Les grandes organisations de santé suisses sont par conséquent unanimes: la publicité pour le tabac et les cigarettes électroniques ne doit pas être autorisée pour inciter les jeunes à fumer. «En Suisse, au moins une personne meurt chaque heure des suites du tabagisme. Cela re-présente 9’500 personnes par an.» résume l’un des auteurs de l’initiative, le PD Dr méd. Gil-bert Zulian, président de la Ligue suisse contre le cancer.

Et cela ne s’arrête pas là: en Suisse, la consommation du tabac coûte 5 milliards de francs par an à la société en raison de pertes de production liées à la maladie, au chômage, à l’invalidité et à des décès prématurés. «Les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables et particulièrement sensibles aux mondes imaginaires, au côté «cool», au succès et au sex appeal véhiculés par la publicité. C’est la raison pour laquelle la publicité pour le tabac ne doit en aucun cas atteindre les enfants. Le comité d’initiative souhaite promouvoir le développement sain des enfants et des adolescents, et renforcer par la même occasion la responsabilité individuelle.» explique le Dr méd. Philippe Luchsinger, président de mfe Méde-cins de famille et de l’enfance Suisse.

Le large ancrage de l’initiative

Ces faits parlent d’eux-mêmes: les mesures prises jusqu’à maintenant sont loin d’être suffi-santes! C’est pourquoi de nombreuses et importantes organisations de santé de Suisse sou-tiennent l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac». Outre l’Alliance pour la santé en Suisse, il s’agit en particulier de mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la ligue suisse contre le cancer, la Société Suisse des Phar-maciens pharmaSuisse, certaines ligues pulmonaires cantonales, l’Association Suisse des Droguistes, la FMH, des pneumologues et des cardiologues. Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse est également partie prenante. En outre, Swiss Olympic, l’organisation faîtière du sport suisse, la Dachverband Lehrerinnen und Lehrer Schweiz et l’association tessinoise Associazione Svizzera Non fumatori ASN ont adhéré à l’initiative. «D’après le Monitorage suisse des addictions 2016, 58 pour cent de la population suisse approuve une interdiction générale de la publicité pour les produits du tabac. Par ailleurs, une interdiction du sponsoring des événements culturels et sportifs par l’industrie du tabac est soutenue par une majorité de personnes. Par conséquent, il est plus que temps de mettre en œuvre des mesures effi-caces.» exige Grégoire Vittoz, directeur d’Addiction Suisse et président de la Ligue pulmo-naire vaudoise.

Principales exigences de l’initiative

Les études montrent que 57 pour cent des fumeurs commencent à consommer du tabac alors qu’ils sont mineurs. C’est pourquoi le comité d’initiative réclame une protection cohé-rente des mineurs:

• Une interdiction de toute la publicité pour les produits du tabac qui atteint les enfants et les jeunes, cela comprend la presse écrite, Internet dont les médias sociaux, les affiches, les cinémas et les points de vente.
• Pas de promotion de la vente par le biais de distribution gratuite de produits du tabac, pro-posés par exemple par des hôtesses dans les boîtes de nuit ou sous la forme de rabais dans le style « 3 pour 2 ».
• Pas de sponsoring d’événements publics ou privés par des cigarettiers.
• Pour les produits de substitution: un traitement égal à celui des produits du tabac habituels.

L’initiative a déjà un impact

«Notre initiative populaire a déjà eu un effet au sein de la Commission de santé du Conseil des Etats» déclare Hans Stöckli, membre du Conseil des Etats, « notre message a été com-pris et accepté, même si le but n’a pas encore été atteint. ». La proposition de la Commission intègre d’importantes demandes des initiants, par conséquent l’industrie du tabac s’y oppose activement.

La Suisse est la lanterne rouge européenne en matière de prévention du tabagisme

Avec une interdiction complète de la publicité, de la promotion et du sponsoring des produits du tabac, la Suisse satisferait à une des exigences essentielles de la convention-cadre inter-nationale pour la lutte antitabac de l’Organisation mondiale de la santé OMS. La convention est le principal instrument pour l’endiguement de l’épidémie du tabac au niveau mondial et a été signée par 181 états. «La Suisse a certes signé la convention en 2004, mais ne l’a pas ratifiée à ce jour. En Europe, seuls la Suisse, Andorre, le Liechtenstein et Monaco ne l’ont pas encore fait. Notre initiative vise à enfin mettre en œuvre urgemment cette convention.» ex-plique Hans Stöckli, du Conseil des États.

Pour tout autre renseignement:

www.enfantssanstabac.ch

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative «Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac»
031 508 36 10, reto.wiesli@hausaerzteschweiz.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe – Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@hausaerzteschweiz.ch

www.medecinsdefamille.ch

Dernière ligne droite pour l’initiative

Communiqué de presse

Berne, le 10 avril 2019

Initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac »
Dernière ligne droite pour l’initiative

S’agissant de la prévention contre le tabac, la protection des enfants et des jeunes en Suisse n’est pas à la hauteur. C’est pourquoi, il y a un an, le comité d’initiative a lancé « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». La collecte de signatures bat son plein et rencontre une forte adhésion de la population. 80 000 signatures ont déjà été récoltées. Si le Parlement n’arrive toujours pas à prendre des mesures efficaces, ce sera au peuple de se prononcer.

Les plus importantes organisations de santé de Suisse soutiennent l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». Outre l’Alliance pour la santé en Suisse, il s’agit en particulier de mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse, la Ligue suisse contre le cancer, la Société Suisse des Pharmaciens PharmaSuisse, certaines ligues pulmonaires cantonales, l’Association Suisse des Droguistes, la FMH, des pneumologues et des cardiologues. Le Conseil Suisse des Activités de Jeunesse est également partie prenante. Swiss Olympic et l’association des enseignants ont adhéré à l’initiative.

Situation actuelle: 80 000 signatures

Depuis des mois, la collecte de signatures bat son plein dans les cabinets médicaux, dans les pharmacies, sur des stands de foire, dans leurs réseaux et, toujours davantage également, dans la rue. La volonté de protéger les enfants et les jeunes contre la publicité pour le tabac suscite beaucoup d’intérêt et de bonne volonté auprès de la population. Actuellement, 80 000 signatures ont déjà été collectées. Les signataires agissent par conviction et plébiscitent la prévention ainsi qu’une protection de la jeunesse efficace. Manifestement, ils souhaitent un durcissement des lois actuelles.

Le mois de collecte de mars a apporté un nouvel élan à l’initiative populaire et permis à lui seul de récolter des milliers de signatures. Chaque jour, le comité en reçoit de nouvelles. Les promoteurs de l’initiative prévoient ainsi de pouvoir déposer l’initiative dans les délais, à l’été 2019.

Il faut d’urgence des mesures efficaces

En Suisse, au moins une personne par heure meurt des suites du tabagisme. Cela représente 9500 personnes par an. Dans le même temps, la part de fumeuses et de fumeurs en Suisse stagne au taux élevé de 25% et la plupart des carrières de fumeur débutent dès l’adolescence. Ces faits montrent que les mesures prises jusqu’à maintenant sont loin d’être suffisantes!

C’est pourquoi le comité d’initiative réclame:

• Une interdiction complète de la publicité pour les produits du tabac, qui comprend la presse écrite, Internet dont les médias sociaux, les affiches, les cinémas et les points de vente.
• Pas de promotion de la vente par le biais de distribution gratuite de produits du tabac, proposés par exemple par des hôtesses dans les boîtes de nuit ou sous la forme de rabais dans le style « 3 pour 2 ».
• Pas de sponsoring d’événements publics ou privés par des cigarettiers.
• Pour les produits de substitution: un traitement égal à celui des produits du tabac habituels.

Pour tout autre renseignement :

www.enfantssanstabac.ch

Reto Wiesli
Secrétaire du comité de l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac »
031 508 36 10, reto.wiesli@hausaerzteschweiz.ch

Sandra Hügli-Jost
Responsable de la communication mfe Médecins de famille et de l’enfance Suisse
078 920 24 05, sandra.huegli@hausaerzteschweiz.ch

Un membre d’un organisme de santé récolte des signatures

Swiss Olympic soutient l’initiative populaire

Swiss Olympic a décidé de soutenir l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». « Les objectifs de cette initiative correspondent à l’engagement de longue date qui est le nôtre contre le tabagisme dans le sport », déclare son directeur Roger Schnegg.

La consommation de produits du tabac et le sport ne font pas bon ménage. C’est pour cette raison que Swiss Olympic, en tant qu’organisation faîtière du sport suisse, s’engage depuis longtemps, dans le cadre de la Charte éthique du sport suisse, pour renoncer au tabac pendant le sport. Avec son programme de prévention « cool and clean », Swiss Olympic s’engage également à maintenir l’environnement des jeunes sportifs aussi exempt de fumée que possible.

En tant que représentant de 81 fédérations sportives totalisant quelque 2 millions de membres, Swiss Olympic a décidé de soutenir l’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac ». Cette initiative a été lancée conjointement au printemps 2018 par des organisations médicales, de santé et de jeunesse dans le but de réduire la publicité pour les produits du tabac ciblant les enfants et les adolescents. A cet égard, la Suisse dispose d’une des législations les plus laxistes en Europe.

« Les objectifs de cette initiative correspondent à l’engagement de longue date qui est le nôtre contre le tabagisme dans le sport » déclare Roger Schnegg, directeur de Swiss Olympic. « En soutenant l’initiative « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac », nous voulons contribuer à ce que les enfants et les jeunes ne puissent plus être courtisés tous les jours par l’industrie du tabac. »

Pourquoi les pharmacies soutiennent l’initiative populaire

« Le tabagisme est mauvais pour la santé, provoque des maladies graves et génère des coûts indirects importants à la charge de la société. La grande majorité des fumeuses et des fumeurs commence à fumer à l’adolescence. Dans ce contexte, la publicité joue un rôle essentiel. Le but de notre initiative populaire est de protéger les enfants et les jeunes contre la publicité pour le tabac et de leur permettre de grandir sainement. »

Marcel Mesnil, secrétaire général Société Suisse des Pharmaciens pharmaSuisse